Télétravail : 5 bonnes pratiques pour réduire l'empreinte carbone de son entreprise

Télétravail : 5 bonnes pratiques pour réduire l'empreinte carbone de son entreprise

Bien appliqué, le télétravail peut réduire l'empreinte carbone des sociétés. Voici quelques pratiques à mettre en place pour maximiser cet effet !

4/5/2021

Sujet tabou il y a quelques mois, la crise sanitaire a fait exploser le télétravail dans la quasi-totalité des entreprises, au point que certaines d'entre elles ont décidé d'en faire la norme.

Comme il réduit les déplacements quotidiens, il est naturellement perçu comme un levier efficace pour diminuer les émissions de CO2 d'une entreprise.

Pourtant, ce n'est pas toujours le cas. En effet, l'ADEME vient de publier un rapport très complet, concluant que le télétravail pouvait entraîner différentes hausses de consommation d'énergie.

Voici une liste des bonnes pratiques à mettre en place dans son entreprise pour bien s'assurer qu'il va diminuer l'empreinte carbone.


1/ Comprendre comment vos collaborateurs se rendent tous les jours au travail

Oui, pour cette première bonne pratique on vous demande de travailler.

Car si vous voulez rendre le télétravail plus fréquent dans une logique de réduction des émissions, il est d’abord crucial de quantifier l’impact carbone des déplacements quotidiens de vos collaborateurs.

En effet, il faut savoir que le principal effet positif du télétravail en termes d'émissions de CO2 se concentre sur la réduction des émissions liées aux déplacements quotidiens. Ainsi, tout l'enjeu de l'exercice va être de s'assurer que la réduction d'émissions liée à ces déplacements est supérieure à la hausse des émissions induite par la mise en place du télétravail.

Ainsi, si la majorité de vos employés viennent en voiture, Il y a de fortes chances que le télétravail vous permette de réduire votre empreinte carbone.

Mais si une majorité de vos collaborateurs viennent au bureau à pied, en vélo ou en métro, alors il y a des chances que le télétravail fasse augmenter vos émissions.

Il existe cependant un cas ou ces règles peuvent ne pas s'appliquer : c'est lorsque votre employeur "adapte" la taille des bureaux en fonction du nombre d'employés sur place / en télétravail. Nous en parlerons un peu plus bas !


2/ Faire un plan de télétravail personnalisé par pays

Un des effets rebond les plus impactant lié au télétravail est ce que l'ADEME appelle l'effet "Logement". Il s'agit de la hausse de la consommation d'électricité du ménage imputé à l'activité professionnelle du collaborateur.

En effet, travailler chez vous va engendrer une hausse du chauffage, de l'éclairage, internet, équipement électrique, etc. L'ADEME estime que le télétravail aboutit à une hausse de la consommation électrique de 7,5kWh par jour.

Or, comme le mix carbone est différent entre chaque pays, voici l'impact carbone par Pays de cet "effet rebond":

France :  + 20,7kgCO2e par jour

Allemagne : + 167,1kgCO2 par jour

Chine : + 278,7kgCO2 par jour !

Les bénéfices du télétravail sur l'empreinte carbone sont donc différents en fonction du pays dans lequel on se trouve.

Effet "Logement", par pays (kgCO2e/an)


3/ Réduire l'utilisation de la vidéo en visio-conférence

Outil indispensable du télétravail, La visio-conférence entraîne une forte sollicitation de serveurs qui consomment de l'énergie. Ils émettent donc, de facto, des gaz à effet de serre.

D'après une étude de Thierry Leboucq de 2020, une minute de visio-conférence émet environ 1g de CO2 par minute.

Cependant, les disparités entre une utilisation avec et sans vidéo sont fondamentales puisqu'une utilisation de la visio-conférence sans vidéo émet en moyenne 2 à 3 fois moins de CO2 (cela dépend de l'application utilisée).

En résumé, pour les petites réunions du quotidien, n'hésitez pas à couper la vidéo !

Consommation d'énergie des applications de visio-conférence (audio / audio + vidéo)


4/ Allonger la durée de vie de votre équipement informatique ou passer à des équipements reconditionnés

Pour assurer un confort optimal des collaborateurs en télétravail, les entreprises n'ont pas hésité à mettre les moyens en termes d'équipement informatique.

En effet, d'après une étude menée par BNP Paribas 3 Step IT, 83% des entreprises françaises ont acheté du matériel supplémentaire pendant la crise Sanitaire. De plus, la généralisation du télétravail va entraîner un doublement de certains équipements informatiques de confort (double écran, fauteuil ergonomique...)

Afin de minimiser cet impact, augmenter la durée de vie de votre équipement informatique est un des leviers les plus efficaces. Pour ce faire, vous pouvez opter pour une approche de réparation systématique de vos systèmes (plusieurs fournisseurs IT proposent cette option) ou bien optez pour un fournisseur d'équipement IT reconditionné.

Ce conseil est d'ailleurs valable hors télétravail. 😉

5/ Privilégier le "Flex Office"

Par Flex Office, nous entendons toutes les solutions type "bureau à la demande"

Vos employés sont à 50% en télétravail ? Pourquoi garderiez-vous 100% de vos mètres carrés initiaux ? Vous pouvez envisager de réduire votre surface de 50%, et de louer les 50% restant à une autre entreprise à 50% en télétravail.

Ce type de solutions, si elles restent encore marginales, sont cependant en plein essor et représentent selon l'ADEME la solution la plus efficace pour maximiser les effets positifs du télétravail.

Son application demande néanmoins un certain travail, puisqu'il s'agit pour beaucoup d'entreprise d'un changement de locaux et de culture. De plus, elle demande une certaine organisation car l'entreprise devra bien gérer les plannings de ses collaborateurs et l'espace de bureau disponible.


Voilà ! Si vous arrivez à mettre en place tout cela, c'est déjà très bien. 👏

N’hésitez-pas à nous contacter si vous avez la moindre question sur cet article !

Dernières actualités

Marquez l’histoire sans laisser de traces.